Léon Frédéric

José Chaidron et l’Ecole de Vresse n’existent pas encore à l’époque où l’artiste Léon Frédéric découvre l’Ardenne, en 1883. Il est pourtant inévitablement un peintre faisant partie de l’Ecole de Vresse.

Le peintre réserve  à la région et plus précisément à Nafraiture, petit village faisant partie de la commune de Vresse-sur-Semois, le privilège de son activité picturale. Il y peint  « les Ages du Paysan, le Repas de Funérailles, les Boëchelles » exposés aujourd’hui aux musées des Beaux-Arts de Bruxelles. Il donne également à l’église de Nafraiture « la Sainte-Trinité ».

Connu et très apprécié à Bruxelles, il incite de nombreux confrères à visiter la région en en ventant tout son charme.

Biographie

Léon Frédéric est né en 1956 à Bruxelles. Il fait ses moyennes chez les Joséphites. Ayant des aptitudes pour le dessin, son père  un  bijoutier prospère l’encourage et l’envoi chez plusieurs artistes de renoms.

Issus d’une famille aisée, il part progresser en Italie. En 1878, il échoue au concours de Rome mais il persévère et revient transformé, quelques mois plus tard. Il aime voyager et découvrir les pays tels que l’Angleterre, l’Allemagne et les Pays-Bas.

En 1883, il accompagne sa cousine en Ardenne, à Nafraiture. Inspiré par la région, il s’y installe pendant plus de vingt ans et y atteint le sommet de son art en mêlant l’idéalisme à la réalité.

Un homme d’une rare simplicité qui décède en 1940.

Son œuvre

Il peint des scènes de genre, des compositions religieuses et symboliques, des portraits, des nus et des paysages.

Elevé au rang de baron par le roi Albert en 1929, en même temps que James Ensor, il est connu comme l’un des peintres majeurs du symbolisme en Belgique.

Sa technique résulte d’un long apprentissage avec les peintres belges tels Jean Portaels ou Van Keirsblick, mais aussi de l’observation des grands maîtres de la peinture italienne comme Michel Ange.

Liste des œuvres exposées:

  1. « Le viatique à la paralytique »